La vidéo se termina et l’écran s’éteignit alors que l’enregistrement prenait fin. Édouard remua, se reconcentrant lentement sur son environnement, les stores tirés, une cigarette qui couvait, oubliée depuis longtemps dans le cendrier à côté de lui, un grand verre de cognac à peine touché, sa chemise ouverte, sa cravate tirée sur le côté, son pantalon dézippé, son torse éclaboussé de son propre sperme, sa bite maintenant flasque gisait dans sa main.

Il respirait lentement, en contrôle, pas comme avant quand la colère, puis le choc et la luxure avaient envahi sa tête et son corps. L’odeur de son fauteuil en cuir se mêlait à celle de son sperme, il aimait ça. Se léchant les lèvres, il ferma les yeux et un sourire s’afficha sur son visage.

Le bruit de la porte d’entrée claquant en bas le fit légèrement sursauter, Sonia était de retour. Il lui faudra cependant dix bonnes minutes avant qu’elle ne cherche à le voir. Edouard sortit un mouchoir de sa poche et s’essuya la poitrine. Il le fit lentement, la luxure et la colère le troublant à nouveau. Il avala le cognac d’un trait, grimaçant lorsqu’il se fraya un chemin jusqu’à son estomac – de la merde bon marché ! Pourquoi ne pouvait-elle même pas avoir de la bonne marchandise ? Dieu sait qu’ils pouvaient se le permettre. Saisissant les bras de la chaise, il se redressa et rentra sa chemise, essaya de redresser sa cravate et décida qu’il avait besoin d’une autre cigarette avant de lui faire face. Le dégoût s’infiltre lentement dans sa conscience, le dégoût de lui-même. Il tira une grande bouffée de la cigarette qu’il venait d’allumer. Comment pouvait-il être aussi excité par le film ? Puis il sentit sa queue tressaillir lorsqu’il y repensa.

Sonia a claqué la porte derrière elle. Encore une journée de passée ! Pourquoi était-ce si difficile de traiter avec le personnel ? Et Edouard n’a jamais levé le petit doigt pour l’aider. C’était aussi son affaire, et pourtant il ne s’y rendait presque jamais… Heureusement, il y avait beaucoup de gens prêts à dépenser une fortune pour les derniers traitements à la mode, alors les affaires marchaient bien.

Le personnel et Edouard, non Edouard et le personnel, définitivement dans cet ordre. Elle allait devoir lui mettre des bâtons dans les roues. Quel genre d’homme était-il de toute façon ? Elle se dirigea vers l’opulente cuisine. Dieu merci, Mme Jones était là aujourd’hui, au moins l’endroit avait l’air respectable. Elle jeta son sac Gucci sur la table en chêne, ouvrit le réfrigérateur et jeta un coup d’œil à l’intérieur, elle avait besoin d’un verre avant 20 heures et la bouteille de Chablis à moitié finie ferait l’affaire pour commencer.

“Ha !” s’exclama-t-elle pour elle-même en ressassant ses pensées.

“Edouard, un homme ? C’était une blague ! Où était-il d’ailleurs ? Sans doute la tête coincée dans un livre dans son bureau.”

Le Chablis frais n’a rien fait pour apaiser ses nerfs à vif alors qu’il glissait dans son estomac vide.

“Hmmm, de la nourriture serait bien, un petit en-cas avant l’arrivée des invités.”

Dans le réfrigérateur, il y avait quelques canapés et d’autres éléments essentiels livrés par le service de restauration cet après-midi. Ils ne manqueraient pas un couple.

Sonia s’affala dans une chaise solide près de la table, grignotant quelques gambas et planifiant ce qu’elle porterait ce soir-là.

Édouard l’observait discrètement depuis la salle, souriant à nouveau. Il apprécierait ce châtiment. Combien de fois l’avait-elle rabaissé, en privé et en public ? Elle ne recommencera plus jamais.

“Chérie, tu es enfin rentrée”, appela-t-il agréablement en entrant dans la cuisine.

Sa voix la fit sursauter, le gobelet en cristal qui contenait son Chablis tomba et le vin se répandit sur la table.

“Pour l’amour du ciel, Édouard”, lui aboie-t-elle en se levant rapidement pour aller chercher un torchon.

“Ce n’est que du vin, Sonia. Il y en a plein d’autres là d’où il vient”, l’apaise-t-il en lui prenant la main alors qu’elle le dépasse.

Elle essaya de s’éloigner, mais ses yeux se durcirent.

“Edouard,” dit-elle en guise d’avertissement.

“Viens ma chérie, je veux te montrer quelque chose”.

“À quoi diable joues-tu ? Les Premanain seront là dans quelques heures ou tu as oublié, comme d’habitude ? J’ai besoin de me doucher et de me changer. Travailler à plein temps peut être épuisant, tu sais. Ou peut-être que tu ne le ferais pas”, dit-elle en ricanant.

“En fait, j’ai travaillé. Tu te souviens que tu m’as demandé de revoir la sécurité ? Eh bien, j’ai trouvé quelque chose que tu devrais voir,” sa voix devint plus froide et la prise sur son poignet se resserra.

“Je t’ai demandé de faire ça il y a des putains de mois, Edouard. Je pensais que c’était terminé.”

“Ne parle plus pour l’instant. Allez”, il a tiré sur le bras de son épouse et elle a résisté.

“Dis-moi juste ce que c’est pour l’amour de Dieu”.

“Non, je pense que tu dois le voir. Mon bureau, maintenant.”

Sonia le regarda attentivement, notant à quel point ses pupilles étaient dilatées, à quel point sa bouche était figée en une fine ligne déterminée. Elle ne l’avait pas vu aussi agité depuis des années. Se laissant aller, elle le laissa la guider à l’étage et dans son bureau. La pièce sentait un peu le renfermé ; il y avait quelque chose dans l’air qui se mélangeait à la fumée de cigarette et au cuir.

“Tu n’ouvres jamais la fenêtre ici, Édouard ?”

“Assieds-toi”, ordonna-t-il en montrant sa chaise et en ignorant la question.

La patience de la jeune épouse s’épuisa à nouveau.

“Édouard, je n’ai tout simplement pas le temps pour ces jeux”, s’emporta-t-elle.

Il lui saisit les épaules et approcha son visage du sien. Il avait bu du cognac, elle pouvait le sentir dans son haleine. La poussant vers la chaise avec une force qu’aucun d’eux n’avait connue auparavant, il lui grogna à nouveau l’ordre et la força à s’asseoir sur la chaise, la maintenant au sol, une main sur son épaule.

“Edouard, je -”

“Tais-toi ! Regarde”, l’interrompit-il brutalement en appuyant sur la touche play de la télécommande.

L’écran s’est mis à clignoter.

Sonia reconnut immédiatement l’une des salles de soins du spa. Une vidéo de sécurité, elle n’avait même pas réalisé qu’il y en avait là-dedans.

On y voyait une femme allongée à plat ventre sur le lit, recouverte d’une luxueuse serviette, se relaxant dans la chaleur, écoutant une musique douce. À nouveau, Sonia essaya de se lever, mais la main d’Édouard agrippa plus fort son épaule, ses doigts mordant dans sa chair.

“Regarde.”

L’un des masseurs est entré en scène. Ce doit être une vieille vidéo ; il ne travaillait plus là. Sonia l’avait renvoyé, il le fallait bien, mais c’était dommage, il avait été très bon….

Alors qu’elle le regardait se frotter les mains avec de l’huile de massage, son estomac s’est soudain affaissé.

“Edouard, non.”

“Regarde.”

“Chéri, laisse-moi t’expliquer”, tenta-t-elle de se remettre debout, ne sachant pas trop quoi dire ensuite.

“Je ne veux pas d’explication. Je veux que tu le regardes”, a-t-il dit dans un murmure rauque.

Sonia a essayé de se retourner sur la chaise. Il s’est rapidement déplacé pour lui faire face, s’est agenouillé devant elle et a pris brutalement son visage dans ses mains.

“Fais gaffe, salope”, lui cracha-t-il, surpris par son érection montante provoquée par le contrôle qu’il exerçait sur elle.

Effrayée, elle se dégagea de lui, repoussant sa tête en arrière dans le fauteuil, soudain consciente de la dureté d’Édouard contre sa jambe. Elle ferma les yeux.

“Allume-moi au moins une cigarette et verse-moi un verre alors”, murmura-t-elle.

Elle n’avait pas vraiment besoin de regarder, elle pouvait se souvenir de chaque détail. Lorsqu’elle ouvrit les yeux, Édouard tenait un grand cognac devant son visage, une cigarette allumée l’attendait. Elle les prit tous les deux, but profondément dans le verre et suça fort la cigarette. La vidéo est passée, ils ont regardé ensemble.

Ses mains étaient si douces, la pièce si chaude, l’huile si sensuelle. Un gémissement s’est échappé de ses lèvres, presque orgasmique.

Le masseur aimait ce son, il sentait son érection se tendre contre son pantalon d’uniforme blanc moulant. Il avait entendu des rumeurs sur sa patronne, son mariage et ses petites indiscrétions et il se demandait, pourrait-il ? Oserait-il ? Le ferait-elle ? Comment pourrait-elle ne pas le faire ? Personne d’autre n’avait jamais refusé, certains en redemandaient même…

Son dos était plein de muscles serrés, et en faisant pénétrer ses doigts dans ses épaules, elle gémit à nouveau, se déplaçant sous son contact. S’agissait-il d’un tressaillement ou d’un frisson ?

Lentement, il descendit vers la serviette qui recouvrait ses fesses et ses jambes. Ses doigts longeaient le bord et, à chaque passage, glissaient plus bas sous la serviette. Sonia s’est perdue dans l’instant, elle ne s’est même pas rendu compte que ses mains fortes, ses doigts épais, caressant ses fesses ne faisaient pas partie du massage réglementaire. C’était si bon, si relaxant ; cela faisait des mois qu’elle ne s’était pas sentie comme ça. Posant une main sur la base de sa colonne vertébrale, Le masseur remplit l’huile de son autre main, puis la réchauffa en la plaçant sur la main qu’il avait sur elle. Il exerça sur elle une pression assez ferme et le souffle de la jeune épouse infidèle l’incita à continuer. Il déplaça la serviette pour qu’elle ne couvre plus que ses mollets et poussa ses fesses vers le bas, ramenant ses mains vers lui, il les écarta, la bouche sèche à la vue de la femme nue allongée sous lui.

Doucement, il a glissé un pouce bien huilé entre ses fesses. Lorsqu’il toucha son anus, les yeux de Sonia s’ouvrirent brusquement et son corps devint rigide. Essayant de se retourner, il la maintint fermement dans le dos.

“Chut, Mme Gibson, la satisfaction est garantie”, a-t-il murmuré, sa voix irlandaise lui inspirant une sorte de confiance.

Un million de pensées se bousculaient dans son esprit, mais la plus forte était celle qui lui disait que c’était bon, celle qui lui disait qu’elle était soudain plus excitée qu’elle ne l’avait jamais été de sa vie.

Le masseur attend, retenant son souffle. Soit il serait viré sur le champ, soit la jeune épouse infidèle resterait allongée et le prendrait, le prendrait encore plus, n’importe où et n’importe comment. Mon Dieu, il aimait toutes ces salopes bien serrées, un doigt dans leur cul et elles étaient à lui. C’est aussi simple que ça ?

Sonia sentit sa chatte s’humidifier, son corps se détendre à nouveau, il pouvait le sentir sous ses mains et il respira à nouveau.

“C’est ça Mme Gibson”, a-t-il chuchoté. “Détends-toi, tu n’auras plus jamais un aussi bon massage”.

Il descendit du lit, faisant lentement glisser ses doigts sur le cul rebondi et tonique de la femme mariée, puis sur ses cuisses fermes. En commençant au-dessus de ses genoux, il a continué à lui faire un massage standard, ce qui l’a déconcertée. Avait-elle imaginé son toucher ? La chaleur et l’humidité de sa chatte en disaient long.

John, le masseur, travaillait sur ses cuisses, remontant lentement et douloureusement à chaque coup, pétrissant, caressant, faisant fondre ses muscles à son contact. D’où il se tenait, il pouvait voir sa chatte humide, un sourire en coin passa sur son visage, elle avait profité du service d’épilation à la cire. Pourtant, les compétences de Denise sont légendaires. Rien de mieux qu’une chatte lisse et chaude, propre, sucrée, facile sur la langue. Dieu qu’il voulait la goûter, mais il pouvait attendre. Contrôler, c’était sa compétence, sa spécialité. Elle ne tarderait pas à supplier sa langue de la toucher.

L’intérieur de ses cuisses était doux, juste un peu moins ferme, facile à toucher, à presser. Sonia a souri en sentant ses mains puissantes toucher la chair tendre, si près de l’endroit où elle les voulait, où elle en avait besoin. C’était le meilleur massage qu’elle ait jamais eu. Soudain, elle a sursauté lorsque ses doigts ont effleuré la peau au niveau de son centre. Sa mouille et l’huile qu’il avait sur lui ont fait glisser ses doigts facilement sur les lèvres de sa chatte, touchant pour un bref instant son clitoris dur. Il pouvait sentir ces lèvres gorgées de sang, elle était si chaude là-dedans. Quelqu’un veut-il un massage complet du corps ?

Il a glissé un doigt en elle, au plus profond de sa chatte, et son pouce dans son cul. Ce n’était pas la première fois qu’elle avait quelque chose là-dedans. Il l’a vu à la façon dont elle s’est arc-boutée contre lui, à la façon dont ses hanches se sont soulevées pour venir à sa rencontre.

Sonia gémit. Mon Dieu, il a des doigts épais !

Le pouvoir que John avait sur elle menaçait de faire éclater sa fermeture éclair.

“Tous ces muscles qui sont si souvent négligés, Mme Gibson, nous allons les faire bien travailler”, murmure-t-il.

Il enfonça un autre doigt en elle, agita son pouce, ouvrit et ferma ses doigts en elle, l’étirant. Sonia gémit.

“Oh mon Dieu, qu’est-ce que tu me fais ?”

“Rien que vous ne méritiez vraiment Mme Gibson”, lui dit-il en souriant.

De sa main libre, il réussit à déboutonner et à dégrafer son pantalon, poussant un soupir de soulagement lorsque sa bite fut libérée et sauta vers elle. Rapidement, car il connaissait l’impact, il se retira d’elle. Des lumières scintillèrent devant ses yeux fermés, son souffle se bloqua dans sa gorge et elle n’eut pas la force de résister lorsque ses mains puissantes saisirent ses hanches et la retournèrent sur le dos. Il a souri à sa chatte chauve et l’a touchée doucement.

“Qu’est-ce que je n’aurais pas donné pour voir ce qui s’est passé”, a-t-il chuchoté.

Elle lui a rendu son sourire, nerveuse de le voir, personnalisant les sentiments.

“Est-ce que tu vas me faire l’amour ?” a-t-elle demandé à voix basse.

John rit.

“Non Madame Gibson, je vais vous baiser. Est-ce que ça te va ?”

Le sang dans le cerveau de Sonia s’est précipité vers sa chatte et une vague de vertige l’a frappée de plein fouet.

“Oh mon Dieu, oui”, souffle-t-elle.

Il l’a tirée vers lui, manœuvrant ses jambes pour qu’elles soient écartées devant lui, le bout de sa bite épaisse touchant sa chatte humide. En poussant légèrement, il l’a taquinée, l’a ouverte puis s’est éloigné.

“Oh, j’ai envie d’être là-dedans jusqu’aux couilles”, pense John.

Une chair chaude et douce qui bouge pour lui et lui seul. Cette pensée l’a presque envahi. Clignant des yeux, il se concentre sur son visage. Trop de maquillage. Les yeux mi-clos, les lèvres écartées, les narines dilatées, elle n’est pas très attirante, trop dure. Mais cela n’avait pas d’importance, tant qu’il contrôlait son corps. Abaissant son visage entre ses jambes, il lécha délicatement les parois de sa chatte ; la peau si douce, le goût de son jus si sucré. Elle se tortille sous lui, poussant ses hanches vers son visage, désespérée que sa langue se glisse en elle. Il savait bien sûr ce qu’elle voulait et refusa. Tenant ses jambes écartées avec une main forte sur chaque cuisse intérieure, il lécha et suça, doucement, avidement, faisant glisser sa langue sur son clito dur, la faisant trembler et gémir.

Le cerveau de Sonia avait l’impression de tourner sur lui-même, à cause du manque d’oxygène et de sang. Tout ce qu’elle savait, c’est qu’elle était au paradis, et que la seule chose qui pouvait rendre l’expérience encore meilleure, c’était qu’il soit en elle. Mon Dieu, le sentir s’enfoncer en elle, être empalé par lui, impuissant à son contact. C’est exactement ce que John voulait aussi. Il adorait la sensation de la chatte d’une femme sur ses lèvres, son goût, mais plus encore le pouvoir qu’elle lui donnait. Quelques minutes de plus et elle commencerait à le supplier, à l’implorer. Ses halètements et ses gémissements commençaient lentement à prendre forme.

“S’il te plaît”, murmurait-elle, à peine capable de penser. “J’ai besoin de toi en moi”, gémit-elle.

De la musique pour les oreilles de John. Putain, il voulait aussi être en elle, mais il faudrait qu’elle demande mieux que ça.

Il éloigna son visage d’elle et la regarda dans les yeux, ils étaient brouillés par la luxure, déconcentrés, humides.

“Qu’est-ce que c’était, Mme Gibson ?”, dit-il en souriant.

“En moi, s’il te plaît”.

“Qu’est-ce que tu veux en toi ? Tu dois me le dire”, il avait besoin qu’elle prononce les mots d’abord.

“Toi John, je veux que tu sois en moi”, halète-t-elle en poussant ses hanches vers lui.

“Ce n’est pas assez bien”, murmure-t-il en faisant rouler fermement l’un de ses mamelons entre son pouce et son doigt.

Assez ferme pour être douloureux, assez douloureux pour être agréable. Les yeux de Sonia s’ouvrirent en grand, soudainement brillants et concentrés, les pupilles dilatées, son esprit concentré.

“Je veux que tu me baises, John. Je veux que ta belle bite soit enfouie dans ma chatte”, a-t-elle parlé clairement comme si elle donnait un ordre.

“Pas avant d’avoir obtenu quelque chose de toi d’abord”, dit un autre sourire sur son visage.

Il ne pouvait même pas la laisser se faire à l’idée que c’était elle qui commandait. Il lui prit les mains et la tira de la table. Elle atterrit lourdement devant lui, les jambes affaiblies par l’excitation. Lui tenant les hanches, il l’attira près de lui et la fit danser jusqu’à ce qu’il se retrouve dos à la table. D’un geste rapide, il s’est retrouvé assis sur la table, le pantalon autour des chevilles, la bite bien droite. Il la regarde d’un signe de tête.

“Combien en voulez-vous, Mme Gibson ?” Il la tenait toujours fermement par les hanches. C’était sans doute mieux ainsi, il la sentait se balancer.

Les mots qu’elle avait prononcés plus tôt restaient coincés dans sa gorge alors qu’elle fixait sa queue palpitante, la faim dans les yeux.

“J’ai besoin que tu me baises.”

“Et j’ai besoin que tu me suces, j’ai besoin de sentir ta bouche, tes lèvres autour de moi”, sa voix était rauque.

Sonia a déplacé son regard vers ses cuisses fermes et bronzées et a lentement posé une main sur chacune d’elles. Sa peau était douce mais elle pouvait sentir chaque muscle en dessous, tendu, palpitant. Se mettant à genoux, elle prit une grande inspiration. Lorsqu’elle a atteint le sol, ses yeux étaient à la hauteur de ses couilles. Elle s’est avancée lentement, a écarté les lèvres, les a humidifiées avec sa langue jusqu’à ce qu’elle soit assez proche pour lécher la base de sa tige. Ses mains se posent sur le haut de ses cuisses, un pouce appuyant sur ses hanches. Arquant son cou vers le haut, elle lécha le long de la tige, atteignant le dessous de la tête scintillante et la taquinant doucement. Sa langue tourbillonne autour du sommet, puis elle le prend dans sa bouche, ses lèvres et sa langue travaillant à l’unisson pour le persuader de la baiser.

John sursaute, c’est presque trop beau, M. Edouard a de la chance ! Elle avait déjà fait ça avant. Il pouvait sentir le feu commencer dans ses cuisses, monter plus haut, atteindre son ventre et ses poumons avant qu’il ne puisse réagir. Dieu sait comment, mais il s’est empêché de jouir à ce moment-là dans sa bouche, déversant son sperme dans sa gorge accueillante. Il lui saisit les épaules et la souleva brutalement de ses genoux, sautant en bas du lit. Sa bouche était encore ouverte, ses lèvres rouges, assorties aux rougeurs de ses joues. Il l’embrassa alors, ce qu’il n’avait jamais fait auparavant à aucune des femmes qu’il avait eues dans cette pièce, autour de cette table. Ses doigts s’enroulèrent dans ses cheveux et rapprochèrent son visage tandis que leurs bouches s’écrasaient l’une contre l’autre, leurs langues s’explorant. Elle avait le goût de lui, il avait le goût d’elle.

Un gémissement s’échappa de la gorge de la femme mariée et elle se recula de lui pour le voir, ses yeux lourds de luxure, les pupilles dilatées, les iris brillants. Elle pouvait sentir le changement de pouvoir, il était à elle, le contrôle était à elle. Un sourire s’est dessiné sur ses lèvres écorchées et elle a doucement caressé sa poitrine d’un doigt, descendant le long de son ventre et de sa cuisse, puis remontant, elle a pris ses couilles dans sa main. Ses yeux s’écarquillèrent, ses lèvres s’écartèrent, il respirait par petites bouffées rapides, son esprit était vide, il n’y avait plus d’oxygène pour l’aider. Sonia s’est déplacée autour de lui, elle voulait qu’il la baise comme il voulait la baiser. Penchée en avant sur la table, elle lui a présenté son cul. John a cligné des yeux à sa vue, l’arôme de son excitation fonctionnant comme des sels odorants. Il grimace et passe un doigt dans le pli de son cul. Il glissa facilement à l’intérieur d’elle, mais ce n’était pas voulu, elle se tortilla loin de lui et tourna la tête.

“Baise-moi maintenant”, ordonna-t-elle en se poussant vers lui.

Lentement, il enfonça sa bite dans sa chatte chaude, douce et trempée. Alors qu’il l’étirait, elle sursauta, savourant l’une des sensations les plus sensuelles qu’elle ait jamais connues. Il était gros, plus gros que tous les autres amants qu’elle avait pris, mais il se sentait bien là-dedans. Enfin, il était complètement en elle, elle pouvait le sentir au plus profond d’elle-même, poussant sur elle, la chaleur commençant à partir de ce point à l’intérieur d’elle où il pressait l’extrémité de sa bite.

La sensation de sa chaleur sur ses couilles a fait passer à John un frisson qu’il ne pouvait ignorer. Il avait besoin d’en finir, se retirant rapidement et entrant à nouveau rapidement, il s’est déplacé en elle, son rythme ne s’est jamais relâché. Sonia s’est agrippée au bord de la table, les serviettes s’agglutinant dans ses poings. Chaque fois qu’il l’enfonçait, elle ne pouvait s’empêcher de gémir, d’abord doucement, puis de plus en plus fort, jusqu’à ce qu’elle hurle presque d’extase. Elle se repoussait à chaque coup et il la tirait aussi, augmentant la force, une main sur sa hanche, l’autre sur son épaule, son pouce sur sa nuque, décrivant des cercles lents et fermes, par habitude.

Les sensations, les sons et l’odeur se sont combinés pour allumer le feu en eux deux. Il grandit dans l’estomac de Sonia, se déplace le long de son corps, jusqu’à son cou, descend le long de ses jambes jusqu’à ce que ses genoux faiblissent. Celle de John a suivi, sa respiration devenant encore plus courte, des gémissements s’échappant de sa bouche. Il jouit le premier, ses mouvements ralentissant, devenant moins rythmés. Elle l’a senti, la chaleur de son explosion en elle, déclenchant son propre orgasme. Sa chatte s’est agitée autour de lui, elle s’est repliée contre lui, ne voulant pas que cette sensation s’arrête. John bougeait toujours en elle, il pouvait sentir ses muscles se resserrer, sa chatte le serrer jusqu’à ce qu’il soit vidé. Sa vision est revenue, tout comme son esprit. Il devrait se retirer d’elle, mais la chaleur qu’elle dégageait était si bonne. Saisissant ses hanches à deux mains, il l’a poussée à nouveau, elle a gémi de bonheur et Sonia a retrouvé ses sens.

Elle s’est poussée et a glissé devant lui, son sperme dégoulinant lentement de sa chatte, chatouillant l’intérieur de ses cuisses.

La vidéo a capté le sourire que Sonia a adressé à John, froid, comme celui d’un homme d’affaires, avant qu’Édouard ne puisse l’arrêter. Il ne l’avait pas remarqué avant.

Sonia a cligné des yeux lorsque l’écran s’est transformé en neige. La cigarette qu’elle avait avait brûlé jusqu’au filtre, les cendres recouvrant son tailleur-pantalon Paul Smith. Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? Elle a attendu qu’Édouard bouge, qu’il parle, qu’il fasse quoi que ce soit. Sa main tenait toujours son épaule ; cela lui faisait mal, mais elle était plus consciente de la moiteur de sa chatte. Ce n’était pas seulement le souvenir qui l’avait provoquée, le voir, elle, eux, lui, le savoir, mais le regarder dans une situation aussi détachée, mon Dieu. Cela aurait pu être n’importe qui sur cette vidéo, mais cela avait été elle, les bruits étaient venus de sa bouche, de son corps….

Édouard respira profondément, aspirant autant d’air que possible dans ses poumons puis expira lentement. Rien n’y fait, sa bite semble toujours sur le point d’exploser. La crampe soudaine dans la main d’Edouard lui fit réaliser qu’il était toujours en train d’agripper l’épaule de Sonia. Il la relâcha et fit fléchir ses doigts, la regardant s’affaisser vers l’avant et reposer sa tête entre ses mains.

La crampe disparue, il se remit à penser à son désir. En tâtonnant avec sa ceinture, son bouton et sa fermeture éclair, il a défait son pantalon et s’est libéré. Il baissa les yeux et vit à quel point il était dur, il pouvait presque se voir pulser, il pouvait vraiment le sentir. Presque hébété, il a fait le tour du fauteuil en cuir jusqu’à ce qu’il lui fasse face. Sentant son mouvement, Sonia a levé la tête, ses yeux se sont écarquillés sous le choc en voyant son érection, énorme, dure, à quelques centimètres de son visage. Sa bouche devint sèche, elle voulait parler mais ne savait pas quoi dire, ne savait pas ce qu’elle voulait. Se penchant en arrière sur la chaise, elle inclina encore plus la tête et le regarda dans les yeux, son excitation était évidente là aussi, un miroir de la sienne.

Avec précaution, elle tendit la main pour le toucher. Il voulait qu’elle le touche, qu’elle sente sa main fraîche sur la peau chaude et tendue de son sexe. Inconsciemment, il poussa ses hanches vers elle. Le contact les fit tous les deux haleter. Édouard sentit les muscles de son estomac se contracter, Sonia ne l’avait jamais vu aussi excité, il se sentait si dur, si gros. Elle voulait le goûter. Se penchant vers lui, elle lécha la petite perle de liquide qui se trouvait à l’extrémité de sa bite, puis se lécha les lèvres. Sa main droite encercla sa hampe et sa gauche se posa délicatement à sa base sur son ventre. Ouvrant la bouche, elle le prit profondément à l’intérieur. Édouard la sentit sur lui, ses lèvres autour de sa queue, les muscles de sa gorge alors qu’elle avalait pour l’accueillir ; il frissonna. L’image de ses lèvres autour de la bite de John défila dans sa tête et il la repoussa brutalement.

“Ne me touche pas”, grogne-t-il.

Il se penche vers elle et tire sur son chemisier, les boutons volent à travers la pièce, exposant ses seins, enfermés dans un soutien-gorge Wonder, soulevés et poussés dans le fantasme d’un homme. Sonia a soudain peur.

Édouard toucha son ventre, sa paume à plat contre sa chair. Lentement, sa main descendit jusqu’à ce que ses doigts entourent son érection. Il ne lui a pas fallu beaucoup de temps, quelques coups avant que sa tête ne tombe en avant, son sperme se précipitant hors de lui, frappant Sonia en plein visage, sur son décolleté et ses vêtements.

Haletante de choc et de désir, Sonia s’est regardée, elle a vu son sperme sur sa poitrine, son soutien-gorge, son ventre et son pantalon. Edouard ne pouvait plus se lever, il tomba à genoux devant elle, encore sous le coup de la puissance et de la force de son orgasme. Il la regarde toucher doucement l’entrejambe de son pantalon, une tache humide évidente. Il a suffi d’un léger effleurement du tissu, d’une légère pression sur son clitoris pour que son corps cède. La tête rejetée en arrière, la bouche ouverte, gémissant, le dos cambré, les hanches poussées vers l’avant à son propre contact. Elle jouit, fort et vite, la sensation du sperme d’Edouard coulant sur ses flancs soulignant l’érotisme de ce qu’ils venaient de vivre. Alors qu’elle s’allongeait sur la chaise pour récupérer, Edouard se leva. Il regarda sa montre, puis la regarda à nouveau.

“Tu devrais vraiment commencer à te préparer, Sonia. Les Premanain vont bientôt arriver”, dit-il en enfilant son pantalon et en le refermant rapidement.

Sonia n’arrive pas à croire ce qu’elle entend.

“Edouard ?”

Il s’éloignait d’elle et elle s’est levée. Son sperme était froid maintenant qu’il coulait entre ses seins. Il s’est retourné pour lui faire face.

“Le masseur…”

“Il est déjà renvoyé, Edouard. Je ne le reverrai plus jamais.”

Un sourire dériva sur le visage d’Edouard et il se détourna à nouveau.

“Eh bien, tu ferais mieux de le trouver alors. Rends-lui son travail.”

Préférence de la coquine : masturbation vaginal et être dominée
Endroit de préférence pour le sexe : reproduire les scènes porno
Je recherche une aventure sans lendemain avec des jeunes hommes dynamiques bien membrés et qui bandent dure.